Les archives de Leonardo Da Vinci n’ont pas fini de nous surprendre. Dans un article de la RTBF, un chercheur de l’université de Cambridge explique avoir découvert une note vieille de 500 ans expliquant les lois de la friction.

Les archives de l’inventeur, peintre, écrivain, architecte et philosophe Leonardo Da Vinci n’ont pas été découvertes hier. Laissée de côté pendant des années, cette petite note avait été archivée car on la considérait comme un “gribouillage sans intérêt”. Deux cent ans après avoir été archivé, ce petit bout de papier jaunâtre, daté de 1493, révèle enfin tous ses secrets.

Les archives de Leonardo Da Vinci lois de la friction

Décédé il y a près de 500 ans, Leonardo Da Vinci y avait purement et simplement couché une des lois majeures de la physique ; la loi de la friction. A peine plus grand qu’un post-it, ce document comporte plusieurs éléments. Tout d’abord, il y a le portait d’une vieille femme. Juste à côté du dessin, une mention : “cosa bella mortal passa e non dura” ; ce qui signifie “la beauté mortelle passe et ne dure pas”. Enfin, en-dessous, Da Vinci a dessiné des petits carrés accompagnés d’un texte.

Ce texte est un message codé en langage séculaire. Ainsi, il n’est possible d’en comprendre le sens qu’en le reflétant dans un miroir. C’est une technique qu’utilisait fréquemment l’artiste et scientifique italien. Voici ce qu’il avait rédigé : “La confregazione si fa di duplicata fatica in duplicato peso”. En français, cela donne : “La friction double l’effort quand le poids double”.

Plus de 200 ans d’avance sur Guillaume Amontons

Cette petite phrase démontre bien que Da Vinci savait que “la force de frottement agissant entre deux surfaces qui glissent est proportionnelle à la charge qui pousse les surfaces l’une contre l’autre et que la friction est indépendante de la surface apparente de contact entre les deux surfaces”, explique Ian Hutchings. En fait, jusqu’à présent, nous pensions que c’était le physicien français Guillaume Amontons qui était à l’origine de cette théorie. L’inventeur du baromètre et du zéro absolu l’avait expliqué en … 1699 ; soit plus de 200 ans après Da Vinci.

Cette petite histoire nous montre bien l’importance d’archiver ses documents et d’avoir une bonne gestion des documents archivés. Cette petite note, archivée au musée Victoria and Albert de Londres, aurait pu ne jamais être expertisée par Ian Hutchings. Ce dernier a d’ailleurs poursuivi ses recherches dans les archives. Il y a notamment découvert schémas tels que celui-ci :

Les archives de Leonardo Da Vinci lois de la friction

Source

Partager cet article ...Share on FacebookEmail this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn