Dématérialiser, c’est bien ! Mais à l’heure du développement durable, dans quelle mesure la GED s’intègre-t-elle dans une démarche éco-responsable ?

Les entreprises ont bien compris les enjeux de la dématérialisation. Elle sont de plus en plus nombreuses à vouloir dématérialiser leurs documents. A la fois pour des raisons économiques, mais également pour s’inscrire dans une démarche responsable. Développement durable, réduction des émissions de gaz à effet de serre, démarche écolo : quelles solutions apportent la GED et les logiciels de dématérialisation ?

dematerialiser-gedQuelques chiffres pour commencer

  • Consommation mondiale de papier : 339 millions de tonnes soit 10 750 kg/sec.
  • Consommation française : 10,9 millions de tonnes soit 3,2 % de la consommation mondiale.
  • En 2009, la France arrive à la 22e place des plus gros consommateurs au monde.
  • 1kg de papier consomme 2kg de bois et jusqu’à 60 litres d’eau.

Un bilan en demi-teinte… à première vue

On peut penser, à juste titre, qu’avec la mise en place d’un outil de dématérialisation, la consommation de papier baisse immédiatement. Malheureusement non ! Enfin pas durant les premiers temps. Malgré tout, mécaniquement certains documents peu important n’ont plus besoin d’être imprimés. Mais il est encore difficile de balayer des décennies d’habitudes d’un revers de main.
En jeu, la faculté de rendre des documents électroniques légalement toujours plus fiables et simples d’utilisation. Pour exemple, la signature électronique est une procédure encore peu utilisée. Nous ne sommes peut-être pas encore près ! A cette baisse non immédiate, s’ajoute la consommation de matériel informatique et d’énergie toujours plus importante.

« Mais alors finalement, dématérialiser n’est pas aussi efficace que ça !? »

Gestion documentaire : vers une vision plus globale

Dans les années à venir, le télétravail occupera une place prépondérante. Tout comme l’augmentation constante des échanges par mails. Aussi, la GED apparaît comme un outil de plus en plus indispensable et le budget GED de moins superflu. Car n’oublions pas tous les bénéfices générés par la gestion électronique : la dématérialisation des factures fournisseurs, la dématérialisation des flux comptable ou l’archivage électronique des documents fiscaux.

Prenons un exemple encore plus concret : un dossier d’entreprise. Il y a peu, celui-ci était stocké dans une armoire ou une pièce dédiée. Aujourd’hui, cette dernière est réduite à la taille d’un disque dur. Des économies de stockage, d’impression et un gain de place ! Ajoutons à cela la facilité de gestion et de suivi des informations stockées dans ce dossier. Une feuille peut facilement se perdre, s’altérer au fil du temps, etc.

D’autre part, ne négligeons pas non plus le bilan carbone de la vie totale du dossier : nous entendons ici des ressources nécessaires à sa fabrication, puis son impression et son archivage. Enfin, une dernière chose et non des moindres : cette gestion dématérialisée permet une économie substantielle des frais d’entreprise. Il est toujours frustrant de dépenser de l’argent pour ce qui n’est pas le fonds de commerce de l’entreprise.

Dématérialiser : quel intérêt écologique pour la GED ?

Evidemment, elles sont très importantes ! Cependant, il faut faire preuve de patience pour que les choses évoluent à grande échelle et qu’elles rentrent dans les mœurs. Mais on pressent bien d’ores et déjà que la dématérialisation s’inscrit rapidement comme un pilier de l’économie de ressources, dans un monde où l’on veut que la gestion soit optimale en tout point.

Partager cet article ...Share on FacebookEmail this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn