La GED pour les collectivités, le secteur public et les administrations va bientôt devenir une réalité. A moins de deux semaines du premier tour des élections municipales et avec en ligne de mire l’entrée en vigueur de la loi sur la dématérialisation des pièces comptables des collectivités, nous nous sommes penchés sur les projets des politiques locaux.

La GED pour les collectivités, le secteur public et les administrations  a-t-elle une place dans leurs programmes ? Quelle place laissent-ils à la dématérialisation ? Comprennent-ils réellement ses enjeux ? Plusieurs études récentes permettent de répondre à ces questions.

GED pour les collectivitésLa dématérialisation en tête de liste

Interrogés sur la teneur de leurs projets en matière de numérique, les décideurs des collectivités locales sont catégoriques : la démat est la priorité. C’est du moins ce qui ressort d’une étude menée par le cabinet Markess. Les services numériques pour les usagers sont également très largement cités, preuve que le citoyen est au cœur des préoccupations en la matière.

L’engouement est plus relatif lorsque l’on observe le budget alloué à l’informatique, aux logiciels et aux services IT : il est en hausse de 1 à 10% dans seulement 14% des collectivités interrogées, il reste stable dans 38% et chute dans 36% des cas. Il est à noter cependant que le marché des logiciels et des services IT et de dématérialisation pour les collectivités affiche une croissance de 1,3% et devrait atteindre 2,7 milliards d’euros en 2015.

La dématérialisation moins présente dans les petites villes

Une autre étude, celle Social NextWork, réseau des délégués du numérique, est nettement moins optimiste. Centrée sur les programmes des candidats aux élections municipales, elle établit que si 60% des politiques observés parlent de numérique, c’est la plupart du temps dans une optique peu innovante et sans vraiment toucher du doigt la problématique de la dématérialisation et donc de la GED pour les collectivités.

De plus, l’étude révèle de nettes disparités entre les villes de plus de 200 000 habitants, où le numérique est évoqué par 87% des candidats, et les villes de moins de moins de 50 000 habitants, où seulement 55% des candidats en parlent. Un constat préoccupant, lorsque l’on sait que l’archivage électronique profiterait de manière encore plus radicale aux petites collectivités. Cela soulève aussi la question de la signature électronique.

2015 : la dématérialisation à l’horizon

Loin des préoccupations électorales, le constat s’impose néanmoins : la loi du 2 janvier 2014, habilitant le Gouvernement à simplifier et sécuriser la vie des entreprises, impose aux collectivités la dématérialisation des pièces comptables au 1er janvier 2015. Petites et grandes agglomérations ont donc moins d’une année pour franchir le pas de la dématérialisation. Information, sensibilisation et solutions adaptées devront être proposées à chaque collectivité, pour une transition en douceur.

Partager cet article ...Share on FacebookEmail this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn