Alors que beaucoup de systèmes d’archivage électronique utilisent des baies de disques magnétiques en mode RAID pour le stockage des archives, un examen attentif des propriétés de la bande LTO (Linear Tape-Open) mérite d’être réalisé.

La bande LTO pourrait bien vous surprendre. Cette bonne vieille bande magnétique n’a pas dit son dernier mot et pourrait bien s’avérer très utile dans le cadre de l’archivage GEIDE.

Archivage bande LTO

Archivage avec une bande LTO et durée de vie

Pour une bonne sécurité des archives devant être conservées à moyen ou long terme (plus d’un an), l’utilisation de supports WORM semble à favoriser. Quels sont les types de supports ayant ce type de caractéristique ?

  • Des disques optiques, aujourd’hui essentiellement les CD-R, DVD-R ou BD-R qui ne sont adaptés qu’à de l’archive entièrement « off-line » et qui, par leur faible capacité, (25 GO maximum pour les BD-R), demandent des manipulations importantes pour leur réalisation, leur manutention et leur conservation.
  • Des baies de disques magnétiques RAID, comme les proposent NetApp ou Hitachi. Très performantes, leur principal inconvénient est de nécessiter une mise sous tension permanente, un centre de calcul sécurisé en accès, en énergie et en climatisation, voire deux centres si la copie des archives utilise le même support, et donc un cout d’exploitation assez élevé.
  • Des bandes magnétiques LTO 5 ou 6 aujourd’hui de type WORM. Ces cartouches répondent aux recommandations de la SEC (Security Exchange Commission) et peuvent être utilisées soit comme support copie d’un RAID magnétique, soit directement comme archive. Leur grande capacité par cartouche (1 TO pour la LTO 5 et 2 TO pour la LTO6) ajoutée à la disponibilité de librairies automatisées de plusieurs bandes, permettent d’éviter les nombreuses manipulations requises par les disques optiques, tout en conservant l’avantage d’être un support amovible, dont les copies sont ainsi très facilement sécurisables, et de consommer très peu d’énergie quand elles sont utilisées en ligne.

Archivage LTO et vitesse de lecture

Mais l’aspect accès direct aux archives n’est pas le seul à considérer quand leur durée de vie dépasse les 5 ans. Compte tenu de l’obsolescence des matériels et des logiciels, il semble en effet nécessaire de pouvoir recopier les archives pendant leur durée de vie (qui peut atteindre des durées très longues dans certains cas, sans parler des archives historiques). Dans les opérations de conservation, les vitesses de recopie deviennent un  facteur très important dans le choix du support. Et c’est un des avantages de la bande LTO qui pourra recopier ses 2 TO en 1 à 2 heures, là où les autres supports demanderont entre 1 et 10 jours ! Et ceci avec une sécurité d’écriture totale lors des processus d’archivages.

L’existence du système de fichier LTFS permet par ailleurs de voir ces bandes comme un disque ce qui simplifie considérablement leur mise en œuvre dans tous les logiciels d’archivage.

Partager cet article ...Share on FacebookEmail this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn